Revoir la Messe de l’Annonciation

24 mars 2020

Mercredi soir, allumons tous une bougie à notre fenêtre

Les évêques de France ont lancé un appel symbolique à tous les Français pour qu’ils allument des bougies à leurs fenêtres mercredi 25 mars, à l’occasion de la fête de l’Annonciation.

 

Chers frères,

dans la période unique que nous traversons, nous expérimentons combien nous avons besoin les uns des autres. Nous avons besoin d’être aimés, de rencontrer des amis, des voisins, de travailler, de nous recueillir, de prier, de nous sentir partie d’une communauté, d’une famille, de l’Eglise. En ces premiers jours de confinement ce sont toutes ces relations dont nous prenons conscience.

Alors que l’épidémie du Covid-19 continue de se propager en France, il nous semble important et nécessaire de trouver une nouvelle façon de se rencontrer, de rester ensemble, de célébrer, de prier, en posant des gestes concrets qui traduisent notre désir de paix, de communion et d’espérance dans le Christ ; Lui qui nous a promis de rester (..confiné) avec nous jusqu’à la fin du monde.

Le 25 mars est pour nous une fête importante, celle de l’Annonciation du Seigneur. C’est le jour où nous prions la Vierge Marie de façon particulière et où nous nous souvenons de sa réponse joyeuse pour accomplir la volonté de Dieu. Voila notre démarche :

A 10h, rdv sur le site de la paroisse de Sorgues ( www.sorgues.paroisse84.fr) pour suivre la messe de l’Annonciation qui sera transmise en direct de la chapelle du presbytère.

A 19h30, lorsque les cloches de l’Eglise de Sorgues commenceront à retentir, nous sommes tous invités à : 1) déposer une bougie à la fenêtre de nos maisons ; 2) lire, seul ou en famille, le récit de l’Annonciation (voir le texte ci-dessous) ; 3) réciter un « Je vous salue Marie ».

Cette démarche est proposée par tous les évêques de France. Elle se vivra donc sur tout le territoire national et chacun pourra s’y associer.

Nous demanderons à Marie de nous protéger et de nous aider à mieux accueillir Jésus dans nos maisons, dans nos cœurs, dans nos vies comme elle l’a fait elle-même pour nous. Ce geste sera aussi une marque de communion de pensée et de prière avec les défunts, les malades et leurs proches, avec tous les soignants et tous ceux qui rendent possible la vie de notre pays.

Soyez assurés de mes prières pour vous et pour vos familles. 
Père Daniel

 

Evangile de Jésus Christ selon Saint Luc

Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.
L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »
À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.
Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »
Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? »
L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu.
Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile.
Car rien n’est impossible à Dieu. »
Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

Je vous salue, Marie pleine de grâce ; 
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort. Amen